004

Géants endormis

Le roc de l'Oie

La Peyro Clabado

Version 1

Géants pétrifiés en amas chaotique
Le long de la ravine o√Ļ le ruisseau bruit,
Depuis que l'univers a surgi de la nuit
Quelle fée a bercé votre sommeil magique ?

Peut-être vous a-t-on comme en la fable antique
Précipités du ciel et, troupeau qui s'enfuit,
Dans ce vallon caché par le destin conduit,
Vous avez fini là cette aventure épique.

Est-ce votre secret que murmurent les eaux
Et la brise agitant les feuilles des bouleaux
Sur la pente bois√©e o√Ļ tremble la foug√®re ?

Le passant devant vous n'est plus que vanité
Car il dispara√ģtra sans percer le myst√®re
Qui le fit un moment rêver d'éternité.

Version 2

Rochers amoncelés en amas chaotiques
Le long de la ravine o√Ļ le ruisseau bruit,
Depuis que l'univers a surgi de la nuit
Quelle force a créé vos formes erratiques ?

Peut-être, guerriers de cette époque antique,
Des combats furieux ici vous ont conduits
Et vous ont décimés dans la rage et le bruit,
Mettant tristement fin à vos exploits épiques.

Est-ce votre secret que murmurent les eaux
Et la brise agitant les feuilles des bouleaux
Sur la pente bois√©e o√Ļ tremble la foug√®re ?

Mais celui qui toujours cherche la vérité
Dispara√ģtra bient√īt sans percer le myst√®re
De vos grands corps figés dans leur éternité.

Version 3

Rochers amoncelés en amas chaotiques
Le long de la ravine o√Ļ le ruisseau bruit,
Depuis que l'univers a surgi de la nuit
Quelle force a créé vos formes erratiques ?

Êtes-vous l'éboulis d'une cité antique
Qu'un tyran en ces lieux jadis édifia
Et qu'un divin courroux soudain pétrifia
Figeant ses habitants en une fin tragique ?

Est-ce votre secret que murmurent les eaux
Et la brise agitant les feuilles des bouleaux
Sur la pente bois√©e o√Ļ tremble la foug√®re ?

Le passant, conscient de son inanité
Sait qu'il dispara√ģtra sans percer le myst√®re
Qui le fit un moment rêver d'éternité.