011

La mésange et le moineau

Une mésange et un moineau se disputaient des graines tombées d'une mangeoire.

Mésange et moineau

Le ver de terre était bouffi d'orgueil et se trouva très flatté qu'on le choisisse pour arbitrer une compétition d'une telle importance, on l'estimait enfin à sa juste valeur et l'on reconnaissait ses mérites. Il fixa donc des règles simples mais précises : la mésange et le moineau s'envoleraient de la même branche au douzième coup de midi sonné au clocher du village, iraient cueillir une baie dans la haie qui fermait le jardin et reviendraient se poser sur la branche. Le ver de terre proclamerait alors le résultat.

La mésange et le moineau se préparent donc en lissant leurs plumes et en faisant quelques exercices d'assouplissement pour affermir leurs ailes et, au douzième coup de midi s'envolent en trombe.

Le ver de terre les voit revenir et se poser sur la branche exactement au même instant. Il se trouve alors fort embarrassé car la mésange et le moineau piaillent très haut qu'il doit proclamer les résultats immédiatement, chacun estimant avoir gagné. Le ver de terre, inexpérimenté et peu au courant de la duplicité des animaux supérieurs, déclare alors qu'ils sont ex-æquo. Mal lui en prend, le moineau et la mésange, fous d'orgueil et de rage, se précipitent sur lui et en mangent chacun la moitié.

MORALITÉ : Ne vous mêlez jamais des querelles de vos voisins !